• La Bombe

    Alors que le Japon s’apprête à commémorer le 75e anniversaire de la bombe à Hiroshima, voilà un véritable pavé jeté dans la mare qui s’applique à révéler les coulisses de ce qui fut une des plus grandes prouesses scientifiques jamais réalisées, mais également un des grands drames de l’Histoire mondiale : l’invention de la bombe atomique.

  • La Goûteuse d'Hitler

    En découvrant cette histoire – incroyable – d’une jeune Berlinoise réfugiée dans la campagne de Prusse durant la guerre et embauchée comme goûteuse d’Hitler, on est émerveillé par l’imagination de l’auteure. Puis on découvre que cette histoire est vraie et que l’héroïne a vécu pour de bon.

  • La Liberté au pied des oliviers

    Italie, 1941. Dans un petit village au cœur des Pouilles, Teresa et sa sœur Angelina vivent auprès de leur mère Caterina et de leur grand-mère. Ensemble, elles affrontent l’absence du père, parti au front, la médisance des voisines, les privations, la misère et la toute-puissance du Baron Peronè.

  • La Pêche au toc dans le Tôhoku

    Imano est un jeune cadre japonais qui se plaît dans sa vie de citadin jusqu’au jour où il est muté dans une région reculée au nord de l’île de Honshu. Réservé et solitaire, il a du mal à s’intégrer et à lier des relations avec ses collègues.

  • La Résurrection de Joan Ashby

    Mon fils m’a demandé si « j’étais cap’ » de lire ce livre de 650 pages en trois jours. « Trop facile » en comptant les nuits blanches ! Et vous en aurez des nuits sans sommeil avec cette fresque qui peint près de trente ans de la vie de Joan Ashby ! Romancière adulée, talentueuse, très jeune au moment de la parution des deux recueils de nouvelles qui firent sa gloire, elle s’est toujours fixé des règles strictes, écrire tous les jours, ne pas se marier et ne pas avoir d’enfant.

  • La Transparence du temps

    Mario Conde a du vague à l’âme : l’anniversaire de ses 60 ans approche et annonce « l’arrivée obscène de la vieillesse ». L’appel d’un ancien camarade de lycée le sort de sa torpeur et, comme à son habitude, il se jette à corps perdu dans une nouvelle enquête.

  • Le Bruit de la soie

    1768. Dès son arrivée à Londres, happée par une maquerelle, Sara ne voit guère d’espoir de jours meilleurs pour sa condition. C’était sans compter sa rencontre avec la pieuse Esther, épouse d’un riche tisserand, qui lui propose une place à son service.

  • Le Chant de la pluie

    Premier roman traduit en français de la poétesse anglaise Sue Hubbard, Le Chant de la pluie est une magnifique ode à la beauté, à la rudesse des paysages irlandais et un livre lumineux sur la perte et le deuil. Suite au décès brutal de son mari, critique d’art, Martha retourne dans leur cottage du comté du Kerry pour mettre ses affaires en ordre.

  • Le Livre de M

    Le premier roman de Peng Shepherd respecte les conventions familières des contes post-apocalyptiques : points de vue multiples, flash-back sur la vie d’avant, raids sur des magasins abandonnés pour s’approvisionner, batailles avec des gangs itinérants et des seigneurs de guerre, fragilisation de la communauté, le refuge qui n’est pas si sûr au final, le pèlerinage à travers le pays vers un endroit qui promet des réponses (La Nouvelle-Orléans)… Ce qui distingue Le Livre de M, outre son écriture plaisante et le rythme habile de l’auteure, c’est la nature de l’apocalypse elle-même.

  • Le rouge n'est plus une couleur

    Kate rencontre Max pendant leur première année d’université. Leur amitié est immédiate et fusionnelle. Ils se soutiennent dans les moments difficiles et apprennent l’un de l’autre. Mais tout s’effondre lors d’une soirée arrosée où le cousin de Max entraîne Kate à l’étage et la viole, alors qu’au rez-de-chaussée la fête bat son plein.