• Hitler

    Hitler a été dessiné par Shigeru Mizuki au début des années 1970, alors que le Japon vit une profonde crise identitaire. En tant qu’ancien combattant, Mizuki a souhaité se pencher sur la vie de celui qui a fait basculer le monde dans une guerre totale.

  • It is not a piece of cake

    Le chat du Kimono est à la fois le fil (de soie) rouge de l’œuvre très personnelle et délicieusement énigmatique de la jeune trentenaire Nancy Peña, et le premier titre de cette « série » paru en 2007. Dans ce troisième épisode, notre auteur continue à promener ses personnages victoriens et tourmentés au cœur d’enquêtes culinaires et ésotériques, dont la fantaisie n’aurait certainement pas déplu à Jean Ray ou Edgar Allan Poe.

  • Journal d’un journal

    Nous connaissions Mathieu Sapin pour ses histoires loufoques et rocambolesques peuplées de personnages naïfs, qui s’adressaient tantôt à la jeunesse (La fille du savant fou, Akissi…), tantôt à un public beaucoup plus mûr (Le journal de la jungle, Supermurgeman).

  • Le Salon

    Une étrange jeune femme à la peau bleue tout droit sortie d’un tableau de Gauguin assassine les habitués du salon des époux Stein, haut lieu des milieux artistiques parisiens du début du XXe siècle. Or, l’absinthe bleue que consomment les familiers du salon engendre de tout aussi étranges événements.

  • Les Amateurs

    Des artistes ont pour projet de mettre sur pied une Biennale. Mettre ensemble l’art à la portée du public, tel est leur but. Ils se lancent alors dans de longues discussions sur leurs approches personnelles de l’art, leurs états d’âme et leur créativité commune. Fascinant.

  • Les Gratte-ciel du Midwest

    Sous les traits d’un chat anthropomorphe, un jeune garçon, vivant dans une famille modeste du Middle West, nous dévoile son inadaptation à l’existence. Inhibé et maladroit, son décalage existentiel lui vaut les brimades et le rejet de ses camarades.

  • Les Ignorants

    Étienne Davodeau aime les gens. Il aime tout autant la modestie et l’authenticité. Fictions ou documentaires, il nous fait partager de page en page, de livre en livre, des quotidiens de personnes hors normes, sur lesquelles ni les modes, ni les conventions ne semblent avoir de prise. Le quotidien de gens libres en somme.

  • Ô dingos, ô châteaux !

    Tardi retrouve les polars de Manchette pour la troisième fois. Après Le petit bleu de la côte Ouest et La position du tireur couché, il adapte un roman paru en 1973 et couronné par le Grand Prix de Littérature policière. En avance sur son temps, ce roman préfigure l’ère du roman noir français.

  • Oui mais il ne bat que pour vous

    Déjà auteur d’albums remarquables, tels L’Éléphant ou Prédictions (avec Aurélie William Levaux), Isabelle Pralong a su offrir à la BD un dessin d’une expressivité singulière. Les visages aux traits exagérés et les corps déformés composés par la dessinatrice genevoise parlent finalement bien plus que s’ils avaient été dessinés avec une précision photographique.

  • Pages intérieures

    Si vous êtes à la recherche d’un livre original, prenez le temps d’apprécier Pages Intérieures. Stéphane Courvoisier, qui a travaillé par le passé à un ouvrage consacré à Edgar Allan Poe et dont la particularité était de n’utiliser qu’une seule couleur, illustre cette fois un scénario de Jacky Beneteaud.