Les Magnolias

Le monde dans lequel nous vivons glorifie les gagnants. Notre bon vieux Buk les surnommait, dans son poème L’Écrasement, « Les gros cons de gagneurs » ! Florent Oiseau écrit la noblesse de l’échec et semble nous faire comprendre, au terme de trois romans humainement dingues, son attachement définitif pour une littérature des losers, déclassés en tout genre et laissés-pour-compte magnifiques.

Par ALLAN VIGER, Librairie des Cordeliers, Romans-sur-Isère

Connexion requise