Actualités

C’est le week-end !
Lisez !

C’est le week-end ! Faites un petit crochet chez votre libraire et laissez-vous surprendre par le poids et le pouvoir des mots.


On commence avec Love Me Tender de Constance Debré (Flammarion). « Dans ce roman aussi dérangeant que bouleversant, le prix de la liberté n’est pas une simple formule de rhétorique. Un choix de vie épurée, à l’essentiel et dans une recherche de vérité quoi qu’il en coûte. »

On poursuit avec Pour Luky d’Aurélien Delsaux (coll. « Notabilia », Noir sur Blanc).
« D’abord donner la parole à ceux qui ne la reçoivent jamais. Leur mettre des mots dans la bouche. Comme si soudainement, une langue venait de naître. Puis les écouter, là-bas dans le sous-sol, le trou d’une banlieue de province, là où personne ne les cherche plus et où enfin ils osent décrire les voix qui les encerclent. Abdoul, Diego et Luky, trois adolescents de la marge, de la périphérie, de la zone comme on dit, racontent et se racontent. »

Avec La Communication NonViolente à l’usage de ceux qui veulent changer le monde (Marabout) Nathalie Achard présente cette méthode et propose des clés pour l’expérimenter et l’approfondir. « Changeons de regard, interrogeons-nous sur la posture employée par le communicant. En changeant de paradigme, en trouvant les points de convergences, en ouvrant le champ de l’écoute et du dialogue réel, on peut prendre une voie plus coopérative et collective. »

Du côté des BD, À la vie ! de l’Homme étoilé (Calmann-Lévy) est « un livre joyeux, poignant et précieux », relatant le quotidien d’un infirmier en soins palliatifs (l’Homme étoilé) dont « bien souvent la seule présence devient le plus grand des réconforts ».

Ce week-end, en littérature jeunesse, on plonge dans le quotidien d’adolescents qui se battent pour se faire une place.

Avec Demandez-leur la lune (Isabelle Pandazopoulos, Gallimard Jeunesse) découvrez le parcours de quatre adolescents en décrochage scolaire. « Une opportunité leur est offerte de raccrocher en suivant des cours de soutien. Une jeune prof de français, Agathe Fortin, va tenter de leur redonner confiance en eux, de leur faire mettre des mots sur leurs souffrances respectives et leur mal-être. Ces quatre adolescents qui n’ont jamais eu les mots pour s’exprimer, elle veut les présenter à un concours d’éloquence. »

Puis déplacez votre regard vers Météore (Antoine Dole, Actes Sud Junior) et tenez-vous bien. « Un météore est une traînée lumineuse que laisse un corps extraterrestre en traversant l’atmosphère. Il n’y a pas de meilleur mot pour désigner ce roman lumineux. Publié dans la collection « D’une seule voix », le dernier opus d’Antoine Dole vise haut. Le personnage principal est né dans un corps de garçon, mais sait être une fille. Ce combat pour devenir soi est raconté en détail par Sara. Les coups, l’incompréhension, le dégoût, la peur, les doutes, la haine, l’acceptation, la décision. »


Bon week-end et bonnes lectures !